Sous l’eau à Amed

On a finit notre voyage à Bali et finalement en Asie par l’extrémité Est de l’île. On est resté environ cinq jours à Amed pour explorer les fonds marins et se la couler douce.

Au départ, on avait décidé de passer la semaine sur l’île de Gili Air mais l’endroit ne nous a pas charmé. On ne sera resté que 2 jours. Suffisamment pour s’adonner au snorkelling plusieurs heures par jour et profiter du coucher de soleil. L’île est minuscule (pas de voiture uniquement des taxis calèche).

DSC00647

DSC00643

L’île est envahie par le tourisme, nous voilà en Thaïlande bis. Restaurants, guesthouses à foison, tu deviens un porte monnaie vivant pour les gens du coin. On a quand même bien profité des fonds marins et du jardin.

DSC00641

DSC00642

Ici, impossible de se reposer sur la plage, elles ne sont pas faites pour ça et sont très vite envahies d’algues et de plastiques. Nous, ce qu’on a aimé, c’est le courant dérivant qui t’emmène du Nord au Sud de l’île en passant par des jardins de coraux magnifiques. On a vu des poissons multicolores, et une tortue a nagé avec nous. Au passage, on a aussi aperçu des étoiles de mer géantes. Voili voilou, le spot est génial et on s’est rafermi les biscotaux à nager aussi longtemps.

85F5AC7E555C9352B4B8826DA667FED5

0D17462F98843702E1F4FFDF65E1A6D1

On quitte Gili Air pour Amed. On se dégote un super homestay, avec vue sur mer depuis notre balcon.

DSC00786

Les environs sont eux aussi géniaux pour le snorkelling. Il y a une petite épave à 30m de la plage, des jardins de coraux, des petits temples buddhistes immergés, bref le pied pour nous.

35B5B6D1D49DB01E01F42D105999B217

45FDE4BDF4C95B49EA010BE914B4FE3D

On est devenu des accros au masque tuba pour admirer nos amis les poissons. On se croirait dans un aquarium. Comment des espèces tellement colorées peuvent exister?!! Attention à marrée basse, les plages sont très sales: le plastique te bouche la vue, mais à marrée haute, l’eau est transparente…

Nous n’avions pas plongé depuis la Thaïlande, mais cette semaine, on va se rattraper. On fera 4 plongées, à Tulamben, un super site côté en d’Amed, connu pour l’épave du cargo américain USSLiberty. Un vrai régal pour les yeux et des poissons à foison!

A95DA0FD23EC4530A6BC0BE95BD268EF

EB28A04ADDD90827389D9027749D92A8

Ici, c’est un des rares sites de plongée au monde où tu peux partir directement de la plage avec tes bouteilles, et ça c’est le summum pour moi et mon mal de mer. Je profite à 110% cette fois.

67E35E2A63B8FDB01A20819BB38DB546

E0AB24ADB8958679EB6408EC1563F1C6

Pour prolonger le plaisir, Lucas et moi, on se lance un nouveau défi: la plongée de nuit. Waow! Après la descente dans les profondeurs bien noires de la mer indonésienne, on est sous adrénaline. On voit des mérous énormes, des perroquets à bosse encore plus énormes (1m), une murène géante et du plancton fluorescent… Bref, on s’est fait peur et on a aimé.

DSC00700

DSC00698

La plongée à Tulamben, c’est le top du top, mais on a pas fait que ça. On a profité du plus bel endroit pour le couché du soleil à Bali avec en toile de fond, la mer et le volcan.

DSC00706

On a aussi été au temple Tirta Gangga pas très loin, notre second temple préféré à Bali. Ĺà-bas on se promène entre fontaines et bassins de carpes. La route depuis Amed est jolie et passe à côté de très grandes rizières.

DSC00777

DSC00687

DSC00680

DSC00674

P1100873

Niveau gastronomie à Amed, il y a les crevettes et le poisson frais, miam. Mais, on a aussi fait remonter notre glycémie avec la découvertes des crêpes balinaises. D’aspect, leur couleur verte fluo ne fait pas rêver mais ça, c’est avant d’avoir goûté l’intérieur: sucre brun et noix de coco fraîche rapée. Pas les copeaux de cocos brunes qu’on a chez nous, non non ! Des lamelles de cocos vertes!

DSC00667

Et pour finir, on quitte l’Indonésie sur une note de poésie: la felûre irréparable de la planche de surf de Lucas. Notre avion décolle à 2h du matin (“petit prix, petite nuit” c’est notre devise), donc on profite une dernière fois de la mer. Mais la location dure à peine 20 minutes et notre champion revient sur la plage dépité avec deux bouts de planche bien distincts. Dur dur la vie, on peut dire que maintenant qu’il a cassé son premier surf Lucas est devenu un professionnel de la discipline.

DSC00705

DSC00783

Ciao Bali, ciao l’Indonésie, ciao l’Asie. Vous me manquez déjà tellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.